Encod.org
Europe


ADHESION OR


ADHESION ROUGE


ADHESION VERTE

Bill Griffin
Enecta C.V.
SeedMarket.com
LA MACA
NEWSWEED
DINAFEM
IRKA
SANTYERBASI GROWSHOPS
ZRK.SI - Cannabis regulation institute Slovenia
MEDICINAL STAR’S
ALBO SHANTI
FIELDS OF GREEN FOR ALL
CIRCULO SECTORIAL CANNABICO
ARGE CANNA
Sensi Seeds
Asociacion Cannabica 4/20
COL.CAN.CAN
Bart B
OVERGROW.IT
GROWERLINE
CANAPA INFO POINT
Manuel Fernandez
LEOLED GROW LIGHTS
Marco Moscatelli
Associazione Culturale Tuanis - Canapamundi
Andrej Kurnik
Hanfinstitut
TREE OF LIFE - AMSTERDAM CANNABIS SOCIAL CLUB
Francis Costelloe
High Supplies - Cannabis Seeds Shop
PARADISE SEEDS
Patrick Firnkes
Assonabis
Coffeeshop Pink
Asociación Hempower
Tricomaria.com
FAC
DOUG FINE
Bushdoctor
Marco Bruni
The Stoned Society
Ehkeef
Richard Rainsford
CASA MARIA

MEMBERSHIP / voir tout

 
Accueil > Français (fr) > Nouvelles > 2009 > RAPPORT DE L’UE MONTRE L’ECHEC DES POLITIQUES DE DROGUES
Publié le 10 mars 2009  par encod

RAPPORT DE L’UE MONTRE L’ECHEC DES POLITIQUES DE DROGUES

Rapport de la Commission sur le problème mondial de la drogue au cours des dix dernières années

10 Mars 2009

Lire le résumé du rapport entier]



Toutes les versions de cet article : [English] [français] [Deutsch] [Español]





C’est aujourd’hui que la Commission européenne publie son rapport sur les marchés des drogues illicites dans le monde depuis 1998. Ce rapport montre qu’au cours des dix dernières années, des politiques de lutte contre la drogue se sont mises en place dans le monde entier, notamment au niveau national, avec une intensification des efforts pour venir en aide aux consommateurs de drogue et l’adoption de mesures plus sévères à l’égard des trafiquants. Mais quel est le bilan de ces actions dans la pratique ?

L’étude sur laquelle se fonde ce rapport ne contient aucun élément faisant apparaître une diminution du problème mondial de la drogue sur la période allant de 1998 à 2007. D’une manière générale, la situation s’est légèrement améliorée dans certains des pays les plus riches alors qu’elle a empiré dans d’autres, de façon parfois brutale et importante, notamment dans quelques grands pays en développement ou en transition.

Si le phénomène mondial de la drogue n’a donc quasiment pas évolué depuis 1998, il est en tout cas devenu plus complexe : dans la plupart des pays occidentaux, les prix des drogues ont chuté de pas moins de 10 à 30 % depuis 1998, bien que, dans certains de ces pays, les vendeurs de cocaïne ou d’héroïne, par exemple, soient plus sévèrement punis. Dans le même temps, aucun élément ne donne à penser qu’il est plus difficile de se procurer de la drogue. Dans beaucoup de pays occidentaux, l’usage de cannabis chez les jeunes s’est banalisé et près de 50 % des personnes nées après 1980 y ont au moins goûté. La majorité d’entre elles cesse toutefois d’en consommer passé les premières années de l’âge adulte. L’étude nous apprend également que des politiques spécifiques de lutte contre la production de drogue peuvent avoir des répercussions sur les zones de production. Ainsi, au cours de la dernière décennie, une partie de la production de cocaïne s’est déplacée du Pérou et de la Bolivie vers la Colombie.

La publication du rapport coïncide avec la rencontre de haut niveau qui va avoir lieu cette semaine à Vienne dans le cadre de la session annuelle de la Commission des stupéfiants des Nations unies. Des ministres venus du monde entier mettront alors le point final à une période de réflexion sur l’évaluation de la mise en œuvre de la déclaration politique sur le problème mondial de la drogue, adoptée par la 20e session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations unies sur les drogues en 1998. (Cette déclaration visait à réduire sensiblement l’ampleur du phénomène des drogues illicites au niveau mondial d’ici à 2008 grâce à la coopération internationale et à des mesures de réduction de l’offre et de la demande). Cette semaine, une nouvelle déclaration politique pour la période 2009-2019 doit être adoptée sur la base de ce bilan.

Le vice-président Jacques Barrot, membre de la Commission chargé du dossier « Justice, liberté et sécurité », a déclaré : « A Vienne, nous ne pourrons pas nous limiter à quantifier les objectifs. Nous devrons chercher à attaquer le phénomène mondial de la drogue, basé sur des preuves factuelles".

L’un des objectifs de cette étude cherchait à fournir une estimation réaliste de la taille totale du marché des drogues illicites sur la base des recettes annuelles générées. Le résultat montre qu’il est très difficile de procéder à de telles estimations d’ensemble, du fait notamment de l’absence de données fiables sur la production, la consommation et le trafic de drogues pour une grande partie du monde. L’étude livre malgré tout des estimations, notamment pour les marchés du cannabis, de la cocaïne et de l’héroïne en Europe occidentale, aux États-Unis et en Océanie. Pour le cannabis, le montant total des recettes dans ces trois régions atteindrait, selon l’estimation la plus précise, près de 70 milliards d’euros pour 2005, ce qui correspond à la moitié environ de l’estimation de l’ONUDC qui s’élève à quelque 125 milliards d’euros.

Une des conclusions importantes de l’étude est que les politiques de réduction des risques, toujours controversées dans certains pays, gagnent du terrain dans un nombre croissant d’autres pays qui les considèrent comme un moyen efficace de réduire les maladies, les troubles sociaux et la mortalité liés à la drogue.

Le rapport donne également un aperçu des fondamentaux économiques du marché mondial des drogues illicites, avec des estimations des coûts de production et de valeur ajoutée d’un bout à l’autre de la chaîne, de la production initiale à la vente au détail finale. Il analyse la répartition des revenus des personnes impliquées dans le commerce de drogues et le résultat auquel il aboutit est d’une banalité surprenante, dans la mesure où seule une minorité relativement petite réalise de gros profits.

Enfin, un des apports-clés de l’étude est de montrer les faiblesses du système international de collecte des données et des informations sur le problème mondial de la drogue. Alors que l’UE a investi de grosses sommes d’argent pour continuer à développer ses activités de suivi du phénomène des drogues par l’intermédiaire de son Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT), il est utopique d’espérer que des mécanismes d’information de ce type se mettent en place au niveau international.





Share |



Répondre à cet article

1 Message
  • RAPPORT DE L’UE MONTRE L’ECHEC DES POLITIQUES DE DROGUES 22 mars 2011 04:14, par Georges ROBERT
    Je m’intéresse à la question de la prohibition du cannabis. Mais j’ai beau cliquer sur les liens qui me conduisent vers le rapport Trautman, impossible de trouver sa version française ! De même que le site européen dédié. Or en principe, les textes de l’UE sont publiés en plusieurs langues. Pouvez-vous communiquer tous les liens en français ? Merci d’avance. Georges ROBERT

    repondre message


The European Coalition for Just and Effective Drug Policies, is a pan-European network of currently 160 NGO’s and individual experts involved in the drug issue on a daily base. We are the European section of an International Coalition, which consists of more than 400 NGOs from around the world that have adhered to a Manifesto for Just and Effective Drug Policies (established in 1998). Among our members are organisations of cannabis and other drug users, of health workers, researchers, grassroot activists as well as companies.


E-mail Secretariat: office (at) encod.org Privacy: Updated August 2017
© Encod.org 2014 :: Design by: Navetrece.com